Trump vs Fed

Bon­jour chers amis !

Je suis le pro­fes­seur Pana­rin Igor Niko­lae­vich, doc­teur en sciences poli­tiques.
Aujourd’hui, nous exa­mi­ne­rons les thèmes de la réserve fédé­rale amé­ri­caine.
Le thème de notre vidéo : Trump vs. the Fed.

Je vous rap­pelle que la Réserve fédé­rale amé­ri­caine a été créée en 1913 par un groupe de par­ti­cu­liers de Londres et qu’elle appar­tient tou­jours à ces par­ti­cu­liers.

En outre, une fois encore, je dirai qu’il existe une hypo­thèse selon laquelle 88% des actions de la Réserve fédé­rale amé­ri­caine appar­tien­draient à l’empereur russe Nico­las II. Juste la pri­va­tion du droit de l’empereur russe à
La direc­tion de la Fed était l’un des buts et objec­tifs du coup d’État maçon­nique de février 1917.

Mais ceci est une hypo­thèse ; Il y a des faits car il y a des faits et ne confirme pas cette hypo­thèse.

Qu’est-ce qui se passe aujourd’hui avec la Réserve fédé­rale amé­ri­caine, j’insiste sur ce point, une struc­ture pri­vée ? Eh bien, je vou­drais vous rap­pe­ler que John F. Ken­ne­dy, le pré­sident des États-Unis a été tué à Dal­las en novembre 1963 uni­que­ment à cause de mon
point de vue qu’il a impri­mé des dol­lars rouges. Nous voyons tous des dol­lars verts. Les dol­lars verts sont les dol­lars de la Réserve fédé­rale amé­ri­caine, que les ban­quiers basés à Londres ont impo­sés à l’État amé­ri­cain. Ken­ne­dy vou­lait libé­rer les États-Unis, mais a été abat­tu et le len­de­main, les dol­lars rouges ont été détruits.

Et main­te­nant, Trump lutte contre la Réserve fédé­rale amé­ri­caine depuis son arri­vée au pou­voir aux États-Unis et main­te­nant, ce com­bat est entré dans la sphère publique. Il se sou­vient de l’expérience de Ken­ne­dy et a essayé d’agir avec plus de sou­plesse. Pour­tant, en décembre 2018, la lutte entre eux est pas­sée dans la sphère publique.

Quel est le pro­blème ? En cela, Trump, grâce à sa ligne éner­gique sur le res­pect de ses enga­ge­ments élec­to­raux, a réa­li­sé une crois­sance éco­no­mique amé­ri­caine de 3%. Mais la Réserve fédé­rale amé­ri­caine, mal­gré les appels répé­tés de Trump lui-même, de fin novembre à fin décembre, a rele­vé le taux de quatre à quatre, réflé­chis­sez-y. Cela entrave, en prin­cipe, la crois­sance éco­no­mique à la mise en œuvre des pro­grammes, buts et objec­tifs mis en œuvre par le pré­sident des États-Unis, Donald Trump. Et après la deuxième aug­men­ta­tion, Donald Trump a décla­ré publi­que­ment que la Fed était le prin­ci­pal enne­mi de l’Amérique. Pas LIH, pas la Rus­sie, pas Kit, mais à savoir la Fed. C’est vrai : « La Réserve fédé­rale est le prin­ci­pal enne­mi des États-Unis » ; et a exhor­té à ne pas aug­men­ter davan­tage le taux d’intérêt, qui a été igno­ré. Et le 20 décembre, pour la qua­trième fois, j’insiste sur le fait que le royaume a été créé sans pré­cé­dent comme déci­sion anti-Tramp et anti-éco­no­mique contre la hausse de la pro­duc­tion indus­trielle amé­ri­caine.

Après cela, Trump a annon­cé à la presse qu’il allait ren­voyer le direc­teur de la Réserve fédé­rale amé­ri­caine qui, début jan­vier 2019, avait décla­ré : « Je ne me rési­gne­rai pas et je conti­nue­rai dans la même ligne ». La chose la plus curieuse est que Jerome Powell est le chef de la Réserve fédé­rale amé­ri­caine, qui a récem­ment été nom­mé par Trump il y a plus d’un an et qui sem­blait écou­ter la voix de Trump. Mais, néan­moins, cela ne s’est pas pro­duit.

Qu’est ce que cela signi­fie ? Le fait que l’affrontement de deux groupes : la capi­tale indus­trielle à voca­tion natio­nale des États-Unis, repré­sen­tée par Donald Trump, et les mon­dia­listes finan­ciers contrô­lés depuis Londres, la « troi­sième Car­thage », s’est appro­ché d’un point de confron­ta­tion aus­si dif­fi­cile, der­rière lequel deux scé­na­rios seule­ment sont pos­sibles : soit Donald Trump Hil­la­ry Clin­ton et tous ces mon­dia­listes libé­raux, finan­ciers, tout d’abord, der­rière les bar­reaux, il en a les bases, ou ils orga­ni­se­ront la des­ti­tu­tion de Donald Trump et répri­me­ront en fait le sou­lè­ve­ment des indus­triels natio­na­listes. le capi­tal à base de lin.

Quelles sont les chances de gagner Donald Trump ? Je les éva­lue­rais de 60 à 40. Pour­quoi ? Nous avons récem­ment eu une vidéo sur l’alliance de Trump avec le clan Bush. Pen­dant long­temps, les hési­ta­tions étaient de 50 à 50, et dans ce cas, les déci­sions de Trump rela­tives à la vic­toire de Cava­naugh, le plai­deur de la Cour suprême et son clair­voyant, béné­fi­cient désor­mais d’un avan­tage à la Cour suprême amé­ri­caine et d’une alliance avec le clan Bush. condi­tions pour que Trump gagne dans cet épi­sode le plus féroce des mon­dia­listes finan­ciers. Le centre de contrôle est situé à Londres. Et Londres elle-même est au bord du gouffre et le 19 mars, il y aura un point sépa­ré, et peut-être déjà le der­nier point, de la crise finan­cière de Londres.

Donc, ma sym­pa­thie est défi­ni­ti­ve­ment du côté de Trump. Je vou­drais lui sou­hai­ter plein suc­cès, car ce suc­cès crée­ra des condi­tions plus favo­rables pour la pros­pé­ri­té éco­no­mique de notre pays, la Rus­sie.

Mer­ci pour votre atten­tion !